[École] Les écoliers français brillent… par leur indiscipline

Publié le 30/03/2017 à 20:44
école

Si les élèves français avaient jusqu’ici plutôt l’habitude d’enchaîner les médiocres palmarès en termes de réussite scolaire, ceux-ci réussissent toutefois à se hisser au sommet d’une thématique particulière. Las, celle-ci n’a pas de quoi réjouir. Selon une enquête de l’OCDE, les jeunes Français se distinguent ainsi à l’échelle mondiale par leur remarque indiscipline.

 

 

La France en deuxième position des pays les plus indisciplinés

 

Habituellement, les études internationales ont plutôt tendance à classé les élèves en fonction de leurs performances en lecture, calcul, ou sciences. C’est notamment le cas du fameux PISA, dont les dernières éditions ne sont pas tendres avec le cas des élèves français. Outre évaluer les niveaux des élèves, le PISA étudie aussi les comportements en classe C’est en se fondant sur ces mêmes résultats que la Fédération des Conseils de Parents d'Élèves (FCPE) a publié un rapport scientifique.

 

Et le résultat est pour le moins accablant pour la France, qui se hisse en deuxième position des pays les moins disciplinés au monde, juste derrière la Tunisie. « La discipline dans la classe est ressentie comme la plus dégradée des pays de l'OCDE », annonce ainsi le document. Et pourtant, le classement se fonde sur pas moins de 72 pays. Les dernières positions (donc les plus flatteuses) sont sans surprise accaparées par les pays asiatiques, déjà les plus brillants en matière de résultats scolaires, avec en première place le Japon.

 

 

Une dégradation en continue depuis les années 2000

 

 

Par « indiscipline », le rapport du FCPE entend les désordres qui minent l’ambiance d’une classe : le bruit, l’inattention des élèves, et tout ce qui entrave, retarde le bon déroulement des cours. Et cette indiscipline n’a cessé de se dégrader depuis le début des années 2000, pour finir par se stabiliser – à son très bas niveau – en 2012. L’étude indique par ailleurs que « les relations entre les élèves et les enseignants ne sont pas satisfaisantes, les relations étant plus mauvaises dans les établissements où les élèves appartiennent aux catégories sociales défavorisées que favorisées ».

 

Et si dans tous les pays étudiés existe un écart entre les origines sociales des élèves, cette différence est encore plus marquée pour la France, prenant des allures de fossé. La discipline est ainsi nettement meilleure dans les établissements privés que publics. Pour tenter d’inverser la tendance, le FCPE recommande quant à elle d’affermir le lien entre parents et professeurs, pour obtenir un front uni.

 

 

Une bonne discipline n’est toutefois pas garante de bons résultats. Ainsi, si le calme et l’ordre règnent dans les rigoureuses écoles du Kazakhstan, les performances générales sont en revanche particulièrement mauvaises.


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT