[École] Rythmes scolaires : retour à la semaine de 4 jours

Publié le 30/06/2017 à 17:03
école numérique

C’est désormais un sujet redondant, avec trois réformes en moins de dix ans : les rythmes scolaires. Le nouveau décret publié le 27 juin 2017 au journal officiel revient une nouvelle fois en arrière, en autorisant la semaine de quatre jours. Il rompt en bonne partie avec l’action du précédant quinquennat, qui préférait raccourcir les journées d’étude.

 

 

Retour aux rythmes scolaires d’avant 2013

 

C’était une promesse faite par Emmanuel Macron : donner de la souplesse aux rythmes scolaires, et laisser les communes revenir, si elles le souhaitent, à la semaine de quatre jours à l’école. Ce sera chose faite à la prochaine rentrée. « L'introduction de cette nouvelle dérogation donne davantage de souplesse aux acteurs locaux afin de répondre le mieux possible aux singularités de chaque contexte local, dans le souci constant de l'intérêt des élève », déclare ainsi le ministère de l’Éducation nationale.

 

Le texte publié au JO revient à la situation antérieure à 2013, qui autorisait déjà la semaine de quatre jours à l’école. La « réforme Peillon » avait modifié la donne au cours de la rentrée 2013 en passant à la semaine de quatre jours et demi, afin de mettre à profit le matin, censé représenter la période le plus productive de la journée. La réforme s’était toutefois heurtée à de vive protestation, l’ancien ministère de l’Éducation finissant par lui-même reconnaître que « ça ne va pas du tout dans certains endroits ».

 

 

Un passage à la semaine de quatre jour inévitable pour les écoles ?

 

Toutefois comme rien n’est jamais acquis en ce qui concerne les rythmes scolaires, les oppositions n’ont pas manqué de se manifester, à commencer par une origine assez surprenante : le Sénat. Un rapport publié au début du juin concédait certes des erreurs dans la « réforme Peillon », dans lequel les sénateurs recommandait toutefois ne pas revenir une nouvelle fois sur ce sujet sensible, afin de ne pas « donner des signes d’instabilité ». Un avertissement qui n’a qu’était en partie pris en compte, en laissant la liberté de choix finale aux communes.

 

Une autre forme d’opposition plus classique devrait venir des écoles, puisque le texte du JO devrait finir par poser quelques problèmes difficilement solubles à terme. Ainsi, pour les communes choisissant de garder la semaine de quatre jours et demi, les fonds actuellement prodigués pour le financement des activités périscolaires pourraient être supprimés à l’horizon 2019, imposant pour de nombreuses communes de passer à la semaine de quatre jours.

 

           

Les changements de rythmes scolaires constituent une originalité bien française en Europe, avec des semaines de cours plus chargées que la moyenne, mais avec un nombre de jours passés à l’école par an le plus bas : 144 jours dans le primaire, contre 188 en Allemagne et 200 en Italie.


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT