[École] Des robots assistants d’éducation

Publié le 27/07/2017 à 11:46
deep learning

Les robots n’ont pas forcément vocation à remplacer les professeurs, mais plutôt à les assister.  C’est en tout cas ce que s’essaient à créer des chercheurs de l’Université de Yale, avec des robots capables d’assister les élèves en difficultés, et d’évaluer leurs capacités d’apprentissage.

 

 

Des robots qui évaluent les capacités d’apprentissage

 

Depuis plusieurs années, les chercheurs de l’Université de Yale dans le Connecticut développent un nouveau champ d’étude dans le domaine de la robotique dans l’éducation. Leurs travaux visent à concevoir non pas des robots se substituant aux enseignants, mais voués à les assister en les soulageant de leurs charges. Il s’agit ainsi de robots « sociaux », capables de faire face à des cas particuliers d’élèves n’évoluant pas au même rythme que la moyenne d’une classe, comme par exemple des enfants autistes, malentendants ou nantis de difficultés de langage.  

 

Les robots de l’Université de Yale sont également capables d’évaluer les possibilités de travail de chaque élève, susceptibles de fortement varier, avec des résultats parfois faussés. Ils sont ainsi en mesure d’évaluer les capacités d’apprentissage et de motivation. Un élève apprenant plus facilement en collaboration serait ainsi orienté vers des travaux de groupes, alors qu’un élève performant dans un cadre de compétition disposerait d’outils d’apprentissage fondés sur la gamification.

 

 

Des robots dotés de « cerveaux numériques » ?

 

En parallèle de ces robots sociaux et philanthropiques, un récent documentaire de la BBC jette un froid sur les formidables avancées en matière de robotique, qui à la manière des films de science-fiction pourraient réellement devenir une menace. Des « supers-robots » seraient ainsi capables à terme « menacer notre existence », selon un panel d’experts en la matière. « Ces objets sont en train de tout écraser devant eux, déclare ainsi le biologiste Ben Garrod. Jusqu’à quel point devront nous les stopper ? Ils sont comme des espèces invasives ».

 

En l’espace de quelques années, les progrès des robots ont certes été stupéfiants, parvenant à accomplir des tâches jugées encore impossibles à la fin du siècle dernier. « Mais pour moi, le réel problème n’est pas qu’ils puissent bouger ou même regarder comme nous le faisons. Le principale problème serait qu’ils commencent à penser comme nous ». Une possibilité qui ne relève désormais plus du paranormal, avec l’émergence du deep learning et des « réseaux de neurones » numériques, directement fondés sur le cerveau humain.

 

 

Afin de parer à la menace de robots dictatoriaux, certes encore virtuelle, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont déjà proposé, plus ou moins sérieusement, de doter les robots de boites noires, à la manière des avions de ligne. Celles-ci permettraient ainsi d’enregistrer le comportement social de leur propriétaire.


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT