Notice: Constant ABSPATH already defined in /home/educadisiq/www/blog/wp-load.php on line 22

[BAC] Le futur BAC sera (largement) plus économique

Publié le 07/01/2018 à 17:44
BAC

Si le nouveau BAC ne devrait entrer en vigueur qu’à l’horizon 2021, l’ex-directeur de Science-Po Pierre Mathiot doit remettre son rapport sur la question dès la fin de ce mois de janvier au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. Beaucoup moins lourd que le BAC existant, cette nouvelle mouture devrait bien plus prendre en compte le contrôle continu – et réaliser de sérieuses économies.

 

 

Le contrôle continu à l’honneur

 

Véritable révolution sur une institution vieille de plus de deux siècles, la réformes du BAC devrait profondément réformer le format actuel des examens. Le Premier ministre Éduard Philippe l’avait annoncé : il faut « resserrer les épreuves finales autour d’un plus petit nombre de matières et définir ce qui relève du contrôle continu ». L’un des objectifs de ce nouveau BAC est ainsi de miser davantage sur le contrôle continu, potentiellement plus révélateur des performances réelles d’un étudiant.

 

Un autre intérêt plus pratique du futur BAC est d’ordre économique. Une plus forte dépendance envers le contrôle continu implique moins d’épreuves finales à organiser, et ainsi en coût en baisse notable. Car en effet, pour le moment l’oganisation du BAC représente chaque année un prodigieux gouffre financieux pour le mninistère de l’Éducation, avec pas moins de 1,5 milliard d’euros dépensés.

 

 

Vers une suppression des filières générales ?

 

Le futur BAC devrait compter in fine seulement cinq épreuves écrites, bien loin de l’arsenal d’examens toujours d’actualité. Celles-ci comprendraient deux épreuves dans chacune des deux disciplines « majeures » restant à définir ; la traditionnelle épreuve de philosophie survivrait en revanche à la réforme, et serait maintenue. Un seul grand oral sur ces matières devrait compléter l’examen du BAC.

 

Autre nouveauté : la suppression des trois grandes filières générales, L, ES et S. À la place, un tronc commun assorti d’options devrait voir le jour à l’entrée au lycée. Au fil de la progression en 1ère puis en terminale, ces options devraient progressivement devenir de plus en plus importantes, pour finalement dominer les emplois du temps et ainsi conférer des différences personnalisées dans les profils.

 

 

Fondé sur un modèle visiblement essoufflé depuis longtemps, le BAC atteint des taux de réussites records depuis ces dernières années, avec 90% de diplômés en filières générales.  


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT