Notice: Constant ABSPATH already defined in /home/educadisiq/www/blog/wp-load.php on line 22

[Université] Partir étudier en Australie

Publié le 16/03/2018 à 12:28
université

L’Australie fait toujours rêver en moyenne 5 000 étudiants français, qui n’hésitent pas à se lancer dans l’aventure. Certes le dépaysement et les décors de carte postale constituent une sérieuse source de motivation, mais aussi l’attrait d’universités bien placées dans les classements mondiaux, et une méthode d’enseignement moins rigide.

 

 

Des universités performantes

 

Depuis le début des années 2000, l’Australie est dominée par le « Go8 » (Groupe of Eight), une assemblée des meilleurs universités du pays, contribuant à elles seules à 70% de la recherche académique. Dans ce top 8 figurent la Melbourne University, l’Australian National University, l’University of Sydney et l’University of Queensland. L’Université de Melbourne est la meilleure du pays, 33ème au rang mondial, bien devant les universités françaises.

 

Bien placées dans le classement de Shangaï, les universités australiennes sont notamment réputées en médecine et biologie, en sciences sociales ou encore en sciences de l’ingénieur. Elles excellent en particulier dans certaines disciplines précises comme la géologie, le droit international, le sport, et, caractéristiques géographiques aidantes, les sciences marines.

 

 

Une système d’enseignement fondé sur l’échange

 

La grande particularité des universités australiennes tient à son système d’enseignement, résolument moderne. Loin du classique schéma d’enseignement frontal, les professeurs australiens sont bien plus proches des étudiants, très à l’écoute et autrement plus accessibles, sans pour autant influer sur leur respect. Les étudiants peuvent ainsi participer et échanger entre-eux et avec leurs enseignants, sans un modèle d’apprentissage horizontal.

 

Les examens ne visent de même pas à simplement restituer des connaissances, mais plutôt à être capable de les analyser et de les exposer de manière argumentée, notamment à l’oral. Autre avantage pour les français, la langue de Molière est particulièrement en vogue dans les universités australiennes, voisinant avec les langues asiatiques.

 

 

La contrepartie du rêve australien, c’est bien sûr son prix, avec un coût de la vie très élevé et des frais de scolarité conséquents (au moins 10 000 euros). Les prix des billets d’avion ont par ailleurs fortement tendance à modérer les allers-retours avec la métropole.  

 

 

 


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT