12 000 instituteurs recrutés… Au Cameroun.

Publié le 06/05/2019 à 11:26
12 000 instituteurs recrutés… Au Cameroun.

Le Cameroun s’apprête à recruter 12 000 instituteurs dans les cinq à ans à venir, pour les écoles maternelles et primaires, grâce à un prêt de la Banque mondiale. Malgré sa forte diversité géographique, le Cameroun est un des pays les plus alphabétisés de l’Afrique subsaharienne. 

 

 

Des instituteurs financés par la Banque mondiale 

 

Le recrutement des 12 000 instituteurs annoncé par le Cameroun est rendu possible par le Programme d’appui à la réforme de l’éducation au Cameroun (PAREC), financé par la Banque mondiale, une institution financière internationale aidant les pays en voie de développement. Les recrutements devraient s’étaler sur plusieurs années, avec 3 000 postes pourvus chaque année. Le PAREC implique également la formation pédagogique des nouveaux enseignants.

 

Le Cameroun est loin d’être la seule nation africaine à profiter des prêts de la Banque mondiale, qui en 2014 a octroyé plus de 20 milliards de dollars à l’Afrique, et autant au Moyen-Orient. La Banque mondiale a été créé en décembre 1945 à l’issue de la Seconde Guerre mondiale pour contribuer à relever les nations européennes ravagées. Son premier prêt (250 millions de dollars) fut accordé à la France en 1947.

 

 

Une alphabétisation en progrès

 

Le financement du PAREC est une bonne nouvelle pour le gouvernement du Cameroun, en proie à des difficultés, comme la plupart des autres pays de l’Afrique subsaharienne, à couvrir les besoins éducatifs de ses territoires les plus reculés. Surnommé « l’Afrique en miniature », le Cameroun est un pays africain de taille moyenne mais possédant une géographie très diversifiée, entre la côte atlantique, les montagnes et la forêt équatoriale, ce qui rend complexe l’accès à l’éducation pour un pays de vingt millions d’habitants.

 

L’alphabétisation du Cameroun connaît depuis le début du 21eme siècle des progrès spectaculaires. Les plus grandes villes (Douala, Yaoundé…) sont presque totalement alphabétisées, et l’éducation progresse dans les zones les plus reculées du nord du pays. Même les jeunes filles, traditionnellement moins scolarisées que les jeunes garçons, sont à plus des trois-quarts scolarisées dans l’école primaire – contre à peine la moitié en moyenne en Afrique subsaharienne.

 

 

« Ne pas savoir est mauvais, ne pas demander est encore pire. » – Proverbe africain. 

 

 

 

 

 


Cours de langue gratuit chez notre partenaire Babbel

Babbel

TEST GRATUIT
Contactez-nous